NYT’s Sochi 2014: Caribbean Newcomers Dip Their Toes in the Snow

Dominica, cross-country skiing, and Olympic tourism.

Repeating Islands

07caribbean-1-master675

When Dominica, a tiny Caribbean nation, makes its Winter Olympic debut on Friday, the cross-country skier carrying its flag at the opening ceremony will be a wealthy former investment fund manager from Staten Island who never tried cross-country skiing until after his 30th birthday, Christopher Clarey reports for The New York Times.

Now, after an intricate chain of events and a great deal of paperwork and world travel, Gary di Silvestri is a first-time Olympian at 47.

“Our story is different, definitely different,” di Silvestri said in an interview from Montana last week before arriving in Sochi.

The story includes his Italian-born wife, Angelica Morrone di Silvestri. At 48, she is the other member of the first Winter Olympic team from Dominica and is about to become the oldest woman to compete in Olympic cross-country skiing, far surpassing Norway’s Hilde Gjermundshaug, who was 41 in Turin in 2006.

Dominica…

View original post 584 more words

Bonne année: Lettre ouverte à mes amis Guadeloupéens

Bonjour à tous!

Cela fait déjà six mois que je n’ai rien ajouté sur ce blog, au point où certains pourraient se demander si je n’avais pas tout simplement abandonner mes efforts. Il n’en est rien. La Guadeloupe, et la Caraïbe plus généralement, continuent d’être au centre de mes activités professionnelles, aussi bien au niveau de la recherche que de l’enseignement. Faisons le point.

L’année 2013 a été pleine de changements pour moi, le plus important étant ma nomination au poste d’assistant professor dans le département d’anthropologie à l’Université du Wisconsin-Madison. Suite à ma visite en Guadeloupe en Juillet, j’ai donc quitté, non sans quelques regrets, Los Angeles et UCLA et pris la longue route vers les Grands Lacs. La transition n’a pas été sans peine: nouveau boulot, nouvelle ville, nouveau climat, mais aussi, et c’est plus important, nouvelle discipline. N’ayant pas, à la base une formation d’anthropologue, il m’a fallu m’ajuster à de nouvelles façons de faire les choses, de nouvelles perspectives et de nouvelles conversations. Plus concrètement, il me faut maintenant créer de nouveaux cours qui ne portent pas nécessairement sur la musique. Comme vous pouvez l’imaginer tout cela ouvre l’esprit, crée de nouvelles opportunités, mais aussi prend du temps, ce qui m’a forcé à mettre de côté ce blog pour quelques mois.

Cependant la recherche continue. J’ai participé à un panel sur le patrimonialisation de la culture au congrès annuel de l’American Anthropological Association au mois de novembre à Chicago. Ma communication portait sur la dimension politique de l’inscription du gwoka sur la liste du PCI de l’UNESCO. Elle devrait débaucher sur un article pour la revue Journal of Heritage Studies. Je vous donnerai plus de détails dans un futur post.

Ma participation à AAA m’a aussi permis de renouer le dialogue avec l’anthropologue Yarimar Bonilla et ensemble de réfléchir sur la situation politique de la Guadeloupe et des autres territoires non-indépendents de la Caraïbe. Lors d’une excellent communication, Yari a posé la question suivante: « Peut-on envisager une forme de souveraineté pour les territoires colonisés qui ne soit pas forcément lié à la création d’un état-nation indépendant? » Je suis convaincu que la Guadeloupe, et plus particulièrement toutes les activités et débats autour du gwoka, offrent des pistes pour répondre à cette question. Je suis donc en train de l’intégrer cette à mon travail de rédaction de mon livre sur le gwoka qui va présenter son évolution comme expression d’abord nationaliste puis post-nationaliste, par quoi j’entend prendre en compte à la fois le désir d’établir une nation Guadeloupéenne et la réalité d’une appartenance à – et d’une dépendance envers – l’état français. La Guadeloupe peut-elle exister en temps que nation au sein de l’état français?

Plusieurs d’entre vous m’ont demandé d’écrire et de publier en français. Vous serez content d’apprendre que j’ai accepté d’écrire deux chapitres pour une Anthologie de la musique guadeloupéenne, publiée sous l’égide du Conseil Regional. Ces chapitres vont présenter deux aspects de ma recherche. Le premier porte sur le gwoka et le mouvement indépendantiste, mettant l’accent sur le travail novateur de Gérard Lockel. Le second se penche sur les liens, contestés ou revendiqués, entre le gwoka et le jazz au sein de ce que Paul Gilroy appelle l’Atlantique Noir.

Sinon, j’ai aussi des projets pour ce blog. En juillet dernier, Marie-Héléna Laumuno a accepté de faire un entretien avec moi où elle présente son travail sur le gwoka. Cet entretien sera publié ici prochainement. J’ai aussi un projet d’écrire un court essai qui reprenne les thèmes de l’article de Richard Price sur les petits lolos et la mondialisation. Qu’en est-il au 21eme siècle, alors que les grandes surfaces se multiplient en Guadeloupe et en Martinique et que la consommation est au centre des revendications sociales?

Voilà pour mes projets. Comme j’espère vous pouvez le voir, la Guadeloupe est peut être loin mais elle reste – et vous tous avec elle – au centre de mes préoccupations et de ma vie quotidienne. Je vous souhaite donc à tous une très bonne année en espérant qu’elle sera pleine d’opportunités pour nous de renouveler le dialogue que nous avons commencé il y a maintenant six ans lors de ma première visite à Sainte Anne.

Concours de photos: “Femmes des Outre-Mer”

Le ministère des outre-mer organisent un concours de photos pour promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes.

Pour info en français: http://www.outre-mer.gouv.fr/?participez-au-concours-photo-femmes-des-outre-mer-du-22-juillet-au-17.html

The French Overseas Ministry is organizing a photography contest to promote equality between men and women.

English-language description: http://repeatingislands.com/2013/07/23/photography-contest-femmes-des-outre-mer/

New Reference Book: Baila! A Bibliographic Guide to Afro-Latin Dance Musics from Mambo to Salsa

Repeating Islands

bailaBaila! A Bibliographic Guide to Afro-Latin Dance Musics from Mambo to Salsa (2013) by John Gray is part of the Black Music Reference Series. See description below:

Description: This groundbreaking work, a companion to the author’s recent ADP title, Afro-Cuban-Music, picks up where that volume leaves off, focusing on the influence of Cuban popular music in the United States and the circum-Caribbean region as well as on a host of new hybrid and local styles from Puerto Rico, the Dominican Republic, Mexico, Colombia, Venezuela and Latin New York. The fruit of almost two decades of research it offers the first comprehensive survey to-date of the rich literature on commercial Latin dance musics and their associated dances.

A treasure trove of information, its 5300 entries document the history and evolution of numerous lesser-known regional styles such as Colombian champeta, Puerto Rican bomba y plena and Dominican bachata along with…

View original post 302 more words

XI International Seminar on Caribbean Studies in Cartagena

Repeating Islands

carta

The XI International Seminar on Caribbean Studies [Seminario internacional de estudios del Caribe], organized around the theme of “History, Culture and Regional Integration in the Caribbean,” will be held from July 29 to August 2, 2013, at the University of Cartagena (Claustro de San Agustín) in Cartagena de Indias, Colombia.

Description: This academic event, which has been held every two years for the past twenty years, has become the most important event on Caribbean issues in Colombia. The seminar seeks to address the need for the nation to rebuild its belonging as well as its historical, social, political, economic and cultural ties with the Caribbean Sea. The great achievement of this seminar was to create a network of scholars to study the formation of links between the peoples of the Caribbean and Caribbean identity construction, in addition to the structural processes that have configured the region.

The main objectives…

View original post 100 more words

Remembering Celia Cruz: Celia in My Heart

Repeating Islands

celiasshoes

Smithsonian National Museum of American History curator Marvette Perez remembers “Queen of Salsa” Celia Cruz on the 10th anniversary of her death:

I stood in awe at the sight of such hyper-abundant exuberance: sequins, organza, silk, polyester, mirror beads, wigs, fuchsia, chartreuse, rings and earrings, bracelets, and a pair of custom outer space shoes ready for the take-off. Celia Cruz appeared before me in all her splendor, dressed to the nines, in the middle of the Washington Mall, by the reflecting pool, in a concert with Johnny Pacheco, founder of Fania Records, and her friend and collaborator. It was 1992, my second year as Curator at the National Museum of American History.

I can’t say I was hooked then, since I first got hooked as a young adolescent, growing up in the 1970s in Puerto Rico, where the sounds of Latin music were part of my daily life. El…

View original post 825 more words